Newsletter 08/14 - Appui à la Conférence européenne sur les réparations

Du 1er au 4 Juillet 2014, s'est tenu à Dickenson Bay, Antigua-et-Barbuda, le trente-cinquième sommet des chefs de gouvernement de la Communauté Caribéenne, avec la participation d'une vingtaine de délégations. Lors de la réunion les nations caribéennes ont adopté le "Programme caraïbeen de justice réparatrice" présenté dans le mars dernier par la Commission de la CARICOM sur les réparations au vingt-cinquième sommet intersessions des Chefs de Gouvernement de la Communauté Caribéenne.

Les Chefs de Gouvernement de la Communauté Caribéenne ont ensuite décidé d'écrire aux Gouvernements des nations européennes ex-colonisatrices (le Royaume-Uni, la France, l'Espagne, le Portugal, les Pays-Bas, la Norvège, la Suède et le Danemark) en les invitant à une Conférence sur les réparations prévue pour la fin du 2014 - début 2015 et de présenter la demande de réparations au Débat général de la 69ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Ont ensuite été convoquée pour Septembre 2014 la deuxième conférence régionale sur les réparations pour augmenter la discussion publique et l'engagement de la société civile et pour la fin du 2014 une Conférence académique à atteindre le public caraïbeen, européen et international.

Le 16 Juillet 2014, le Président de la Commission de la CARICOM sur les réparations Hilary Beckles a ensuite présenté pour la première fois aux Parlementaires du Royaume-Uni, le sens de la demande de réparations des membres de la Communauté Caribéenne, en déclarant que le 21° siècle sera le siècle de la justice réparatrice globale.

Colonialism Reparation appuie la demande de réparations des membres de la Communauté Caribéenne (CARICOM) pour le génocide des natifs et l'esclavage et il demande que les ex-colonisateurs (le Royaume-Uni, la France, l'Espagne, le Portugal, les Pays-Bas, la Norvège, la Suède et le Danemark) participent à la Conférence sur les réparations prévue pour la fin du 2014 - début 2015 en présentant des excuses et des dédommagements pour la période coloniale.