Newsletter 08/13 - Excuses et dédommagements aux anciennes colonies caribéennes

Du 4 au 6 juillet 2013 il s'est tenu au Port of Spain, capitale de Trinité-et-Tobago, le 34ème sommet des Chefs de Gouvernement de la Communauté Caribéenne avec la participation d'une vingtaine de délégations. Pendant le sommet la proposition du premier ministre d'Antigua-et-Barbuda Baldwin Spencer d'actions de vérification sur les réparations pour le génocide des natifs et l'esclavage elle a été approuvée par les Chefs de Gouvernement de la Communauté Caribéenne.

La CARICOM naît en 1973 pour promouvoir l'intégration économique et la coopération parmi les nations caribéennes et comprend aujourd'hui quinze membres, cinq associés et huit observateurs. Il a fêté pendant ce sommet son 40ème anniversaire.

Avec l'approbation de la part des membres du CARICOM d'actions de vérification sur les réparations pour le génocide des natifs et l'esclavage s'est décidée la création de "Comités nationaux sur les réparations" dans chaque État membre et la création d'une "Commission CARICOM sur les réparations" formées par les présidents des Comités nationaux. Les Chefs de Gouvernement de la Barbade (le président), de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, d'Haïti, de la Guyane, de Suriname et de Trinité-et-Tobago fourniront une supervision politique.

Colonialism Reparation appuie la décision des membres de la Communauté Caribéenne (CARICOM) de promouvoir d'actions de vérification sur les réparations pour le génocide des natifs et l'esclavage avec l'institution de "Comités nationaux pour les réparations" et d'une "Commission CARICOM sur les réparations" et il demande que les anciens colonisateurs (Royaume-Uni, France, Pays-Bas, etc.) présentent des excuses et des dédommagements pour la période coloniale.