France: la réparation est possible

Colonialism Reparation appuie l'assignation en justice du CRAN contre la Caisse des dépôts et consignations (CDC) français pour avoir profité de l'esclavage et il affirme que même en France, comme témoigne l'ample débat, la réparation est possible.

Le 10 mai 2013, à l'occasion de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, le Président de la république français François Hollande affirme l'impossibilité de la réparation en soutenant que ce qu'a été a été et que l'unique choix possible est celle de la commémoration en utilisant de manière faussé la pensée d'Aimé Césaire.

Le même jour le Président du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) Louis-Georges Tin a déposé une assignation en justice contre la CDC (Caisse des dépôts et consignations) français pour avoir profité de l'esclavage. Le CDC est accusé d'avoir encaissé les sommes payées par Haïti comme "indemnité d'indépendance" et le CRAN demande qu'elle soit condamnée à payer dix millions d'euros à utiliser pour financer les recherches sur les dommages causés par l'esclavage.

Le 12 mai 2013 le Ministre de la justice français Christiane Taubira s'est déclaré favorable à une politique foncière qui permette de réparer à la confiscation des terres qu'il y a eu lieu vers des esclaves dans les Départements et les Territoires français Outre-mer et à une intervention commune qui permette de réparer l'esclavage et la colonisation en Afrique.

Le 18 mai 2013 l'écrivain français Patrick Chamoiseau a publié un bref texte qu'il affirme que "en matière de colonisation, de traite et d'esclavage, la réparation relève d'une volonté d'aller au mieux-humain" et que "l'écarter en s'effarouchant d'une indécence comptable n'est qu'une manière caricaturale de ne rien entendre au concert obligé des mémoires"

Colonialism Reparation appuie l'assignation en justice du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) contre la Caisse des dépôts et consignations (CDC) français pour avoir profité de l'esclavage et il affirme que même en France, comme témoigne le l'ample débat, institutionnel et non, la réparation est possible.